Bonjour à tous, aujourd’hui nous avons le plaisir d’interviewer Anais Viret Yu d’Eurosity…

 

1-     Pouvez vous présenter rapidement

Je suis Anais Viret-yu, après 8 ans années d’expatriation et d’aventures dans de petites et moyennes villes Chinoises je suis depuis Aout 2015 Chargée de mission développement internationale pour la plateforme de coopération Sino-Européenne de Châteauroux: Eurosity

 

2-     Pouvez vous présenter le concept ?

Eurosity est le premier hub intégré sino-européen développé par SFECZ sur une vaste plateforme de 460 hectares à Châteauroux (ancienne base militaire de l’Otan) dédiés à trois fonction principales : Eurosity industrie, Eurosity logistique, Eurosity éducation.

Cette plateforme est destinée à accueillir des entreprises chinoises et européennes et à favoriser les partenariats stratégiques durables.

carte

3- Pourquoi cela intéresse les entreprises chinoises ?

Les sociétés Chinoises sont très intéressées par le projet car celui-ci leur permet d’accéder au marché européen tout en bénéficiant d’un accompagnement et du réseau Franco-Chinois de la plateforme Eurosity.

 

4-     Les investissements en France des sociétés chinoises explosent , quel est la raison selon vous ?

Pour moi il y’a plusieurs raisons :

Répondre à la demande d’une nouvelle classe moyenne :

La Chine est en train de passer de l’image d’usine du monde qu’on lui collait à l’image d’un marché de consommateurs grandiose qui donnerait envie à n’importe commercial. On ne va plus en Chine pour uniquement produire ni faire du sourcing, on va en Chine pour trouver de nouvelles possibilités de développement, de partenariats… Les entreprises Chinoises ne sont pas folles, et au lieu d’attendre que ces sociétés étrangères arrivent à leur porte ils vont les chercher eux-mêmes chez eux.

 

Dépendance envers les exportations :

Le PIB de la Chine est très dépendantes des exportations. La main d’œuvre en Chine augmentant les exportations diminuent. Si la Chine souhaite garder et soutenir son développement elle doit trouver de nouveau chemin de développement et innover.

 

5-     Quelles sont les grandes problématiques des entreprises chinoises qui s’implantent en France ?

Citech photo (1)

Je n’ai pas encore assez d’expérience pour faire des généralités mais mon vécu me fait dire que les plus grandes problématiques que rencontrent les entreprises Chinoises sont de l’ordre culturel. Il est par exemple très compliqué d’expliquer la lenteur de l’administration Française à un dirigeant Chinois, ou encore l’image du Hong Bao qui pourrait être très mal interprété …

 

6-     Avec quelle autre pays, la France est en compétition ?

Au niveau Européen je dirai l’Allemagne. Le pays fait moins rêver les Chinois mais le busines y est plus carré.

 

7-     Quels sont nos atouts ?

Nous sommes le pays du romantisme, de la création, et de l’innovation.
Il ne faut cependant pas nous endormir sur nos lauriers et vite réadapter nos institutions à la réalité internationale.

 

8-     Comment la ville de Chateauroux voit ces investissements ? Collaborez vous avec eux ? Si oui comment ?

 

Avant de travailler pour le projet Eurosity je ne connaissais pas du tout la ville de Châteauroux.
Je suis donc arrivée avec un œil complétement nouveau et mon jugement découle de ce que j’y ai vécu ces derniers mois et les rencontres que j’y ai faites.

Bien que les institutions publiques locales nous soutiennent et sont nos partenaires sur certains projets, une partie de la population à un peu peur de cette présence bien qu’elle en attende beaucoup économiquement.

Cela vient surtout du fait que la Chine n’est pas présentée à son avantage dans les médias Français. Je me rends compte que lorsque nous partageons notre passion pour cette culture, les interlocuteurs deviennent beaucoup moins méfiants mais très intrigués.

C’est ainsi que nous collaborons avec la ville de Châteauroux et sa population pour l’accueil et l’intégration d’étudiants Chinois pour la rentrée 2016, ou encore pour le lancement d’évènements tel que les Eurosity Awards (un dispositif de soutien et d’accompagnement pour les jeunes entrepreneurs, star-ups afin de les aider dans leur développement en France ou en Chine).

 

9-     Quels moyens utilisez vous pour faire connaitre euroSity auprès des décideurs chinois ?

Nous avons la chance d’être soutenu en Chine par notre maison mère : Beijing capital Land qui est l’un des plus importants opérateurs immobiliers avec un total d’actif de plus de 6,6 milliards d’Euros.

Toute l’équipe en charge de développer le projet Eurosity en France travaille en binôme avec une équipe Chinoise basé à Pekin.

 

10- Conseils pour faire des affaires avec les chinois ?

Parler Chinois : De mon point de vue, faire du business c’est avant tout un échange humain. Et pour bien faire du business il faut comprendre la culture de l’autre.
Parler Chinois c’est donc avoir un avantage considérable dans la compréhension de la culture Chinoise, cela facilite le contact avec son interlocuteur…et donc les relations d’affaires.

Oser entreprendre en Chine: Un proverbe Chinois dit  « J’ai rêvé de mille nouveaux chemins, je me suis réveillé et j’ai choisi le mien ». Je trouve que c’est un super conseil pour quiconque veut faire des affaires en Chine. Il y’a des milliers de chemins, de nombreuses possibilités mais il faut oser se lancer sur un projet un et s’y tenir.

Etre à l’écoute/ être humble : Durant mes 8 années en Chine j’ai souvent rencontré le stéréotype de l’expat arrivé il y’a 15 ans, ne parlant pas un mot Chinois, ne connaissant absolument rien à la culture Chinoise et étant même un peu méprisant…
Pour moi c’est le contraire de ce qu’il faut faire.

Les décideurs Chinois sont de plus en plus nombreux, et arriver avec de gros sabots, en pensant que tout nous y dû est la plus grosse erreur à faire.
On ne vient pas en Chine pour PRENDRE, on vient en Chine pour ECHANGER et PARTAGER.

 

Merci

Olivier VEROT 

Marketing Chine