Estimer les coûts d’importation

.

Aujourd’hui, je vais vous présenter un site qui donne des conseils utiles pour calculer ses couts d’importations Chine. Lorsque l’on souhaite acheter en Chine, c’est toujours une phase délicate  l’estimation des couts.

.

5 conseils pour estimer vos coûts d’importation

.

Vous avez enfin reçu la cotation du fournisseur Chinois que vous aviez sélectionné.

.

Prochaine étape : calculer comment ce devis va se transformer en un prix de vente agressif pour vous permettre de convaincre votre client !

.

Calculer les coûts d’import peut s’avérer dangereux, car de petites erreurs peuvent avoir des conséquences dramatiques sur votre marge commerciale, et vous pourriez vous retrouver à devoir financer le projet de votre poche…

.

Voici donc 5 conseils pour budgéter correctement un projet d’import :

.

1. Confirmez votre coût d’achat

.

Il est primordial de s’assurer de ce qui est et n’est pas inclus dans le coût d’achat de vos marchandises.
La première vérification, évidente, consiste à valider que le prix qu’on vous a coté correspond bien, point par point, au produit demandé : assurez-vous qu’aucune option n’a été laissée de coté, et que le devis est bien tout inclus.

.

Des erreurs classiques à ce niveau : ne pas vérifier que l’emballage, l’étiquetage sont inclus, ou qu’il n’y aura pas de surcoût à prévoir comme une ouverture de moule pour la fabrication.
Un autre point important à confirmer est l’incoterm utilisé dans la cotation. Êtes-vous supposé prendre possession des marchandises à la sortie de l’usine (ex-works) ou bien lorsqu’elles seront chargées sur le bateau (FOB) ? L’impact sur vos coûts est de toute évidence important : faites attention, de nombreux incoterms existent.

.

2. Calculez votre coût de transport

.

Ici vous allez avoir besoin de cotations de la part de transitaires. La première étape est de décider quel mode de transport vous souhaitez. Les 3 options principales étant : le transport maritime (moins cher, plus long), l’aérien (plus cher, plus rapide) et le « sea & air » (un mélange des deux). Prenez en compte le volume et le poids total de votre cargaison : le transport aérien peut se révéler économique si vous avez de petites quantités, ou des produits très légers à transporter.

.

Une fois le mode de transport choisi, assurez-vous des adresses d’origine et de destination des marchandises ; la plupart des transitaires internationaux peuvent vous faire un devis sur une région et pas nécessairement une ville précise. Demandez des devis, assurez-vous de vérifier tous les détails ; les transitaires doivent inclure dans leur devis non seulement le coût du transport, mais également plusieurs taxes et surcharges liées au transport international. Vous pouvez également demander à ce qu’on inclut dans le devis une assurance pour le transport.

.

3. Estimez les droits de douanes

.

C’est ici que ça se complique. Les douanes lèvent des taxes à l’importation lorsque des marchandises commerciales rentrent sur leur territoire. Pour connaître le droit de douane applicable, vous devez savoir dans quelle catégorie vos marchandises sont inclues, tel que le définit le HTS (Harmonized Tariff Schedule). Votre transitaire peut vous aider, tout comme votre bureau de douane local, ou encore des services en ligne comme www.AsiaCalculator.fr. D’une catégorie de produit à l’autre, même pour des produits très similaires, le droit de douane peut varier de 0 à 20% ou plus du coût d’import ! Rappelez-vous que les droits de douanes s’appliquent sur la valeur totale des produits à l’importation (ex : coût d’achat + transport + assurance).

.

4. Assurez-vous de bien inclure tous les coûts

.

Assurez-vous de ne pas oublier d’inclure des coûts annexes à votre projet d’import ; par exemple, le contrôle qualité et les tests à faire en usine, les opérations logistiques spécifiques dont vous pourriez avoir besoin (ex : palettisation, stockage…) ou tout autre coût induit à la source pour la fabrication de votre produit (moule, design…).

.

5. Ajoutez votre marge

.

Une fois tous vos coûts inclus, il est temps de gagner de l’argent ! Ajoutez la marge commerciale que vous souhaitez appliquer, et calculer votre prix de vente. Il est sage d’ajouter quelques points de marge supplémentaire pour couvrir les éventuelles fluctuations de taux de change ou de coût des matières
premières. Ainsi, il est recommandé de mettre une date de validité à toutes vos cotations – 30 jours est généralement suffisant.

.

Et maintenant, vendez !

Pour plus d’information visitez Asia Calculator : www.asiacalculator.fr


.

Pour information, il faut un compte Pay Pal pour pouvoir avoir droit à 14 jours d’essais gratuit.

.

Si vous avez testé ce service n’hésitez pas à laisser un feedback en commentaire.

.

Olivier VEROT

Marketing Chine